Tai-chi-chuan 太極拳

LE SITE DE MAXIMILIEN ROYO

« L’enseignement, la recherche et ma pratique intensive du dessin m’ont ouvert la porte à des principes ontologiques communs à toute discipline. Le point, la forme et la ligne, force expansive et progressive, YinYang… Une symbolique pratique, des clés de compréhension permettant de saisir intuitivement les principes clés et essentiels de la nature.

Le dessin m’a appris l’art de la répétition, indissociable à toute pratique. Dessein et dessin, intention et sa réalisation. La symbolique des formes archétypales, carré cercle triangle, terre ciel homme, que l’on retrouve en anatomie, nous dévoilant une partie de sa signification profonde. 

J’aime prendre le temps et la simplicité de m’appuyer sur l’architecture corporelle, l’anatomie et sa physiologie, afin d’élever le plus subtil. Et surtout, un maître-mot, clé magique : pratiquer. »

LE SITE DE HERVÉ GERARD

Le tai ji quan “boxe du faîte suprême”, est une succession de micropostures de l’arbre en mouvement.
La forme est une danse défensive (yin), elle permet de repousser le partenaire imaginaire (yang).
Tout le travail s”effectue afin d’affiner la conscience des principes internes, qui sont assez nombreux.
Cette discipline issue du taoïsme peut se pratiquer à deux. Dans ce cas, c’est l’aspect martial qui s’exprime, puisque les mouvements sont exécutés pour répondre à la relation avec l’autre. Pour autant, aucune agressivité n’est mise à jour, tout est basé sur l’efficacité du geste.
Le Taï Chi Chuan permet également d’agir uniquement sur son corps et son mental, et d’améliorer la confiance en soi, la circulation des souffles et tous les principes Qi Gong. Les personnes qui ne sont pas attirées par la martialité de cet art ont donc la possibilité de s’en tenir à cette orientation.